Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 14:04
("Rivarol", n°3303, 1er novembre 2017, p.3)

 

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 13:59
("Rivarol", n°3304, 8 novembre 2017, p.2)

 

 

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
31 octobre 2017 2 31 /10 /octobre /2017 12:22

ASSEMBLÉ GÉNÉRALE DES ARB

Samedi 18 novembre 2017 à 17 heures
à Genève

Invitée : Anne Le Pape
"Robert Brasillach - François Brigneau : destins croisés"

 

 

 

Publié par ARB - dans ARB
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 13:52
Publié par ARB - dans REVUE DU NET
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 14:10
"Robert Brasillach au théâtre"
("Présent", 19 octobre 2017, p.4)

 

Publié par ARB - dans THÉÂTRE
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 18:17

D'après le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie du 17 octobre 2017 :

Fait rare, le théâtre du Nord Ouest à Paris joue une pièce de l’écrivain fusillé au sortir de la guerre. Elle conte la dernière rencontre de Titus et de Bérénice.

« La reine de Césarée » de Robert Brasillach mise en scène par Bernard Lefebvre est une interprétation magistrale qui remet en cause la chape de plomb qui repose sur les écrits du poète maudit ».

Le texte très soigné, sans être démodé, est servi par des acteurs puissants et la critique, bien que rare, est excellente.

Les comédiens donneront encore 7 représentations, jusqu’au 2 janvier seulement.

Publié par ARB - dans THÉÂTRE
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 11:26

http://robertbrasillach.blogspot.fr/

 

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
8 octobre 2017 7 08 /10 /octobre /2017 10:35

Lire:L’enfant de la nuit Robert Brasillach Préface de Peter Tame

robert_brasillach_la_clau

Faut-il chercher le bonheur d’un être humain en dehors de sa destinée ?

« L’enfant de la nuit » est le deuxième roman de Robert Brasillach et on y retrouve plusieurs thèmes chers à l’écrivain : l’enfance, la jeunesse, le destin, la fatalité, la mort, le pardon.  Le cadre du récit est celui du quartier parisien de Vaugirard, que Brasillach connait très bien et qui, par son caractère populaire, permet à l’auteur d’offrir une étude sociale acérée de personnages simples et ordinaires. C’est ainsi toute une époque, avec ses habitudes et ses moeurs, qui est ainsi mise en relief.

Outre le narrateur, Robert B. , il y a d’abord madame Pluche, cartomancienne et célébrité locale. C’est par son truchement que Robert B. rencontre Anne Bollecker, personnage central du roman, jeune fille tout à la fois énigmatique, malheureuse et ingrate. Il y a également le curieux M. Ollivier, protecteur d’Anne, bibliothécaire de la Biblio du Quinzième arrondissement et ancien mari de madame Pluche. Il y a encore le coordonnier-poète Juste Contremoulin, sauveur d’Anne au moment fatal. Enfin, il y a le petit ami douteux, Paulin Garrouste…

Brasillach brosse une série de portraits justes et attachants de personnages aux existences banales, avec leur lot de petites joies quotidiennes, de difficultés, de doutes et de misères, mais également d’espérances et de vérités révélées par la vie. Le récit de cette vie sociale verse dans le drame avec le vol de l’argent d’une blanchisseuse, à une époque où ce délit avait encore une importance… Paulin Garrouste est-il le coupable ?

A travers ces scènes de la vie parisienne, c’est aussi l’étude de la condition des femmes à laquelle Brasillach se livre. Et, bien sûr, il ne peut résister à cette définition de la jeunesse, thème de prédilection de son œuvre romanesque : « Je pense que, pour tout être, un moment  de grand flamboiement est désigné d’avance, qui, parfois, donne le change. Ce moment est la jeunesse ».

Un roman parfois ignoré, que les éditions Pardès remettent utilement à l’honneur. Pourquoi s’en priver ?

Arnaud Robert. 

Éd. Pardès, 2017.

201 pages

16€

l-enfant-de-la-nuit-robert-brasillach

 

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 09:44

 

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 09:37

L'autre blessure, plus douloureuse encore, c'est le refus par de Gaulle de gracier Robert Brasillach. Pendant huit jours, Anouilh-le-secret, Anouilh-le-timide s'en va quémander les signatures de ses confrères. II en obtiendra quelques-unes, mais essuiera aussi bon nombre de refus. De ce porte-à-porte, le jeune homme reviendra vieux. Le 6 février, il se promène rue de la Michodière en compagnie de son ami Pierre Fresnay quand il apprend par le journal l'exécution du normalien «au gros regard étonné derrière de grosses lunettes».

-Il va falloir, dit-il, qu'à notre tour nous dressions nos listes...

-Oh! non, proteste Fresnay, pas nous!

-Les listes de ceux à qui nous ne serrerons plus la main! complète Anouilh.

Cette période lui a inspiré une pièce Pauvre Bitos. Portrait, terrible, d'un épurateur qui se projette en Robespierre l'espace d'un dîner de têtes.

 

("Archives" du Figaro, 2 octobre 2017 : "Mars 1986 : les ultimes confessions de Jean Anouilh au Figaro Magazine")

Publié par ARB - dans REVUE DU NET

Présentation

  • : ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche