Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 17:38

Grégoire Boucher a lu, au début de son émission "Lumière de l'espérance" du 18 mai 2014, le texte de Robert Brasillach Épitre dédicatoire sur un rythme de Boileau :

Mon cher Jacques Isorni, d'une plume qui grince
J'ai copié pour vous ces chansons un peu minces.
Elles n'ont, je le crains, d'autre mérite vrai
Que d'être le miroir d'un temps mal inspiré,
Et quand vous les lirez, qui sait ? votre mémoire
Pourra ressusciter ces jours de notre histoire,
Les prisons aux grands murs et Fresnes bruissant
Des vaincus qui parfois ont été des puissants.
Mais je voudrais surtout, si, fidèle à mon titre,
J'aligne sur Boileau les vers de mon épître,
Que vous trouviez ici sous le jeu que je fais
L'accent de l'amitié qui me plait étouffé.
Je ne sais pas le temps qu'à cette amitié laissent
Les fantoches narquois qui règlent nos vieillesses,
Je ne sais pas le temps qui nous reste promis,
Mais qu'importe le temps lorsqu'on a des amis.
Et dans une cellule où l'eau sans fin s'écoule.
Mieux qui, dans d'autres lieux, mieux que parmi la foule,
Je crois voir quelquefois le fantôme léger
D'une amitié qui naît filleule du danger,
Et Je me dis alors qu'il me suffit d'y croire
Pour emporter ce temps au fond de ma mémoire
Et pour être bien sûr que le sort long ou court
Ne pourra ruiner le charme de ces jours.

Publié par ARB
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 23:03

 

 

Publié par ARB
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 10:31

Grégoire Boucher a lu, au début de son émission "Lumière de l'espérance" du 20 avril 2014, le texte de Robert Brasillach La Mort en face :

Si j'en avais eu le loisir, j'aurais sans doute écrit le récit des journées que j'ai vécues dans la cellule des condamnés à mort de Fresnes, sous ce titre. On dit que la mort ni le soleil ne se regardent en face. J'ai essayé pourtant. Je n'ai rien d'un stoïcien, et c'est dur de s'arracher à ce qu'on aime. Mais j'ai essayé pourtant de ne pas laisser à ceux qui me voyaient ou pensaient à moi une image indigne. Les journées, les dernières surtout, ont été riches et pleines. Je n'avais plus beaucoup d'illusions, surtout depuis le jour où j'ai appris le rejet de mon pourvoi en cassation, rejet pourtant prévu. J'ai achevé le petit travail sur Chénier que j'avais commencé, j'ai encore écrit quelques poèmes. Une des mes nuits a été mauvaise, et le matin j'attendais. Mais les autres nuits, ensuite, j'ai dormi bien calmement. Les trois derniers soirs, j'ai relu le récit de la Passion, chaque soir, dans chacun des quatre Évangiles. Je priais beaucoup et c'est la prière, je le sais, qui me donnait un sommeil calme. Le matin, l'aumônier venait m'apporter la communion. Je pensais avec douceur à tous ceux que j'aimais, à tous ceux que j'avais rencontrés dans ma vie. Je pensais avec peine à leur peine. Mais j'essayais le plus possible d'accepter.

 

Publié par ARB
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 10:26

Quelques-uns des multiples articles publiés à propos du dernier livre de Pascal Bruckner, Un bon fils, signalent que son père était si affreux qu'il « collectionn[ait] les ouvrages de Maurras, Brasillach et Rebatet » (Le JDD, n°3509, 13 avril 2014, p.35).

Publié par ARB
21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 10:21

Lors de son "Libre journal du cinéma" du 17 avril 2014, Philippe d'Hugues a lu un long extrait d'un article de Robert Brasillach publié dans La Revue universelle le 1er mars 1939 : « Les individus et les genres ».

Publié par ARB
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 12:59

Alain de Benoist sur l'exécution de Robert Brasillach, dans la troisième partie d'un entretien donné à E&R Aquitaine (aux alentours de la 28ème minute).

Publié par ARB
11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 22:07

A lire sur le site "France Natio" (8 avril 2014).

Publié par ARB
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 14:04

Dans un article sur Michel Mohrt publié dans le n°362 du Bulletin célinien (avril 2014, p.22), François Lecompte rappelle que « c'est à Brasillach évidemment que Mohrt a adressé en 1943 ses premiers articles (purement littéraires) pour Je suis partout, - et aussi en 1944 un pastiche de Proust pour La Chronique de Paris [...] ».

Publié par ARB
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 20:41

(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Publié par ARB
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 20:05

A lire sur le site "La Flamme".

Publié par ARB

Présentation

  • : ARB
  • ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche