Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 22:48

« [...] On n'arrête pas de parler de racisme de tous les côtés, mais la population la plus persécutée en pourcentage, c'est la population juive toujours aujourd'hui dans le contexte européen. Et les antisémites qui protestent contre le dîner du Crif devraient oser regarder cela en face. Ils devraient avoir honte d'ailleurs dans un pays où il y a eu des écrivains comme Robert Brasillach, qui a osé écrire "ne déportez pas seulement les parents, n'oubliez pas les petits", ce qui lui a valu d'être fusillé de manière légitime à la fin de la guerre. A mes yeux, c'était même presque trop tendre ; à mes yeux, Céline aussi aurait dû être fusillé à la fin de la guerre. Dans un pays où il y a eu des attitudes de ce genre là, on devrait avoir honte aujourd'hui de tenir certains propos : ces gens n'ont vraiment jamais honte de rien », Guy Millière (entretien donné à "Enquête et Débat", 21 avril 2013, aux alentours de la minute 19). Aux alentours des minutes 24-25, Guy Millière évoque ensuite un certain nombre d' « antisémites en activité » (Dieudonné, Alain Soral). Il ne précise pas s'il leur souhaite le même sort que celui de Robert Brasillach. Peut-être cela va-t-il sans dire.


Publié par ARB - dans REVUE DU NET
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 15:10

L'émission "Grand public", sur France 2, a consacré un sujet, le 4 avril 2013, à la réédition d'ouvrages d'"écrivains collabos", notamment Lucien Rebatet. Est incidement évoqué le cas de Robert Brasillach.

Publié par ARB - dans TV
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 11:28

http://farm9.staticflickr.com/8261/8663001248_2a3a390b58_b.jpg

Publié par ARB - dans ARB
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 14:30

Vient de paraître, édité par "Les Bouquins de Synthèse nationale" :

http://lesbouquinsdesynthesenationale.hautetfort.com/media/01/00/659542617.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 12:49

Vient de paraître, chez Auda Isarn, un recueil d'articles de Philippe d'Hugues, parus pour l'essentiel dans La Nation française de Pierre Boutang au début des années 1960, mais pas seulement. Ainsi, en ce qui concerne Robert Brasillach, peut-on y trouver "Brasillach, notre contemporain", "Le cinéma et son histoire" et "Maurice Bardèche et le fascisme", parus dans la NF les 2 mars 1961, 5 mai 1965 et 21 mars 1962, mais aussi, en ce qui concerne un de ses "collègues" de Je suis partout, "Lucien Rebatet alias François Vinneuil", paru dans Les Cahiers de la Cinémathèque en décembre 1991. Au demeurant, les références à Brasillach fourmillent tout du long de l'ouvrage.   

  [cliquer sur l'illustration ci-dessous pour l'agrandir]

http://farm9.staticflickr.com/8515/8579036039_2f7f0db973_b.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 17:26

http://farm9.staticflickr.com/8108/8559156927_84a22c2a49_b.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 00:18

Dans le "libre journal des enjeux actuels" d'Arnaud Guyot-Jeannin (Radio Courtoisie, 12 mars 2013, à la cinquante-et-unième minute), Alexandre Astruc raconte que Maurice Ronet lui avait fait écouter des poèmes de Fresnes de Brasillach lus par Fresnay et que ça lui avait "arraché des larmes aux yeux".

Publié par ARB - dans REVUE DE LA RADIO
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 12:01

L'annonce, par L'Express, de la republication des Décombres du camarade de Robert Brasillach, Lucien Rebatet, entre autres écrits de "pestiférés", provoque quelque émoi (cliquer sur l'illustration pour l'afficher en entier) :

http://farm9.staticflickr.com/8390/8521209180_1d35ba242c_b.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 11:57

Lancé par des avocats, dont certains exercent, par ailleurs, des responsabilités au sein des ARB, et relayé par E&R :

Communiqué du 1er mars 2013

Voici bientôt deux ans que les pouvoirs publics et les médias occidentaux dirigent un concert d’accusations contre le chef légal et légitime de l’État syrien, contre son gouvernement et contre l’armée de son pays. Ils cherchent ainsi à faire passer la victime pour le coupable, comme ils l’ont fait en Libye, comme il l’avaient fait précédemment pour d’autres États libres et indépendants.

Car des bandes armées illégales, plus ou moins organisées, venues pour certaines de l’étranger, sèment la terreur en Syrie. Quoi de plus normal, pour le régime légal d’un pays, que de combattre une rébellion avec sa police et son armée ? Au regard des principes élémentaires du droit public, seuls garants d’une paix relative entre les nations, ceux qui sont à la tête d’un État n’ont-ils pas précisément pour premier devoir de protéger leur population des agressions intérieures et extérieures ? Le maintien de l’ordre n’est-il pas la première mission de l’État ? Que feraient les gouvernements de nos pays, si une partie de leur population prenaient les armes pour combattre leur gouvernement légitime avec l’aide de pays et de mercenaires étrangers ? Ne feraient-ils pas intervenir leur police et leur armée ? Et démissionneraient-ils sans rien dire comme ils le demandent au gouvernement légitime syrien ?

En vérité la Syrie n’est pas seulement victime d’une agression armée, mais également, de manière évidemment concertée, sur la scène internationale, d’une vaste opération de propagande médiatique d’agitation, de désinformation systématique (certaines images sur la prétendue répression de l’armée régulière n’étant même pas prises en Syrie) et de provocation. Le but de cette propagande est, au mépris le plus éclatant du droit international, d’encourager l’insurrection, de nourrir une guerre civile, de dénier, par la diabolisation, toute légitimité au pouvoir légal, et de se poser en juge et en bourreau.

Car ce sont bien les mêmes États, leurs serviteurs et leurs alliés (comme les régimes de l’Arabie Saoudite et du Qatar, monarchies absolutistes, sanguinaires et intolérantes pour leurs propres populations autochtones), qui d’un côté se posent en Juges du gouvernement syrien et de l’armée régulière syrienne, et qui de l’autre encouragent, financent et arment les mercenaires, souvent étrangers, qui se livrent aux destructions et aux violences contre la population civile et contre lesquels lutte l’armée régulière syrienne. Les vrais criminels sont ainsi ces gouvernements occidentaux et leurs fantoches d’Arabie Saoudite et du Qatar. Ils ont déclenché, entretiennent et perpétuent cette guerre fratricide. Sans leur intervention et leur aide aux groupes rebelles et mercenaires il y a longtemps que l’ordre aurait été rétabli en Syrie et que les médias occidentaux ne pourraient plus se livrer à leur propagande et à leur macabre décompte quotidien.

Les pouvoirs occidentaux ont profité des vents de révolte qui soufflaient dans certains pays musulmans pour provoquer une rébellion armée dans d’autres pays, dont les dirigeants avaient le seul tort de leur déplaire politiquement pour n’être pas leurs obligés. Ces gouvernements occidentaux, avec certains médias serviles, entendent profiter des situations conflictuelles et difficiles qu’ils ont générées, pour dénoncer les pouvoirs légitimes de ces pays, les discréditer et finalement les combattre militairement. Ils n’hésitent pas pour cela à utiliser le mensonge et la désinformation, rendant systématiquement les pouvoirs en place et leur armée responsables d’exactions commises par les agresseurs extérieurs eux-mêmes.

Ignorants, lâches ou sans scrupules, participent de cette propagande insidieuse, en Europe, au Moyen-Orient et ailleurs, sous la bienveillante attention des États-Unis, des politiciens, des journalistes, des intellectuels, des juristes, tous croyant pouvoir impunément parler au nom du bon droit et du combat du Bien contre le Mal, avec l’arrogante certitude de l’unanimité.

Certitude erronée. Les signataires de la présente, avocats de différentes nationalités, ne prétendent pas s’immiscer dans les affaires intérieures syriennes, mais entendent exprimer, au nom de la seule raison et de l’honneur de l’esprit humain, leur honte et leur réprobation de tels procédés. Nous apportons notre soutien au gouvernement syrien dans sa juste lutte contre l’agression intérieure et extérieure dont il est victime. Nous dénonçons toutes les aides et soutiens extérieurs à ces vauriens, semeurs de troubles et de morts que l’Occident nous présente comme « armée syrienne libre ». Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour aider le gouvernement Syrien à défendre la légitimité de son autorité et à faire la vérité sur cette vaste agression dont la seule victime est son peuple dont, comme il l’a fait précédemment en Irak, en Afghanistan, en Libye, l’impérialisme occidental ose dénoncer la souffrance alors que c’est lui qui en est la cause.

 

Liste des signataires

À ce jour, l’appel a été signé par 10 avocats de 4 pays occidentaux :

Bruno BARDECHE, avocat au Barreau de Paris, André CHAMY, avocat au Barreau de Mulhouse, Fabrice DELINDE, avocat au Barreau des Hauts-de-Seine, Éric DELCROIX, ancien avocat au Barreau de Paris, Pascal JUNOD, avocat au Barreau de Genève, Henri LAQUAY, avocat au Barreau de Bruxelles, Philippe MISSAMOU, avocat au Barreau des Hauts-de-Seine, Bernard RIPERT, avocat au Barreau de Grenoble, Stefano SUTTI, avocat au Barreau de Milan, Damien VIGUIER, avocat au Barreau de l’Ain.

Contact : appeldu1ermars2013@outlook.com

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 11:55

27ème CONFERENCE PARISIENNE DES ARB

L’association des Amis de Robert Brasillach a le plaisir de vous convier
à son prochain dîner-débat qui aura lieu le

 

Vendredi 8 mars 2013 dès 19h00

 

Au restaurant « Les Ronchons »
M. Dominique BESNARD

Quai de la Tournelle 25, Paris Vème

en présence de

 

Philippe JUNOD, pt des ARB, Anne BRASSIE,
Philippe D’HUGUES, la famille BARDECHE,
Manuel HEU…

 

Repas à 19h30 suivi d’une lecture de textes sur le thème

 

BRASILLACH  CET  INCONNU…

          

avec Philippe d’Hugues, Anne Brassié,

Philippe Ariotti et Daniel Desmas


 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Repas : 40€ , vin, et café compris. Règlement sur place

Réservation obligatoire :

Restaurant : 01.46.34.50.99 ; fax 09.52.22.50.99 ou

brasillach@europae.ch  /Suisse: 022/319.42.42 ; fax : 022/319.42.43

ARB, Case postale 3763, CH-1211 Genève 3

Publié par ARB - dans ARB

Présentation

  • : ARB
  • ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche