Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 12:41

Le cas Brasillach est évoqué par Gilles Heuré dans le cadre d'un dossier sur "La culture sous l'Occupation" de l'hebdomadaire Télérama (n°3150, 26 mai 2010, p.46/48).

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 09:58

Vient de paraître :

Ce qu’on ne vous a jamais dit sur la guerre d’Espagne

par Christophe Dolbeau

L’Atelier Fol’Fer (BP 20047 – 28260 Anet ou 147 rue Bel Air – 28260 La Chaussée d’Ivry ; Tél : 06 74 68 24 40 – Fax : 09 58 28 28 66 ; http://www.atelier-folfer.com), Collection Xénophon

ISBN 978-2-35791-014-0 – ISSN 1964-7344 – Format 17 x 24 cm

214 pages, 20 euros (+ 3 euros de frais d’expédition)

tn_ce_qu_on_ne_vous_a_jamais_dit_guerre_d_espagne.png 

Résumé

Nombreux sont encore les dupes et les niais qui tiennent la IIe République espagnole pour un paisible État de droit, gouverné par une gauche libérale, progressiste, bienveillante et démocratique, et la droite nationale pour un ramassis de réactionnaires obtus, bigots et haineux.

Ressassé sans relâche depuis 70 ans par une armée de menteurs professionnels, ce cliché trompeur a la vie dure. Oubliés les incendies d’églises et de couvents, les confiscations de biens, les grèves permanentes, les mutineries, les émeutes, les pillages, les meurtres et les attentats ! Oubliée la cohorte de médiocres et de malfaisants, de terroristes, de tricoteuses et de maçons, qui s’empare du pouvoir et proclame à tous vents qu’elle veut faire au plus vite de l’Espagne une «démocratie populaire».

Légitime réflexe d’auto-défense de l’Espagne éternelle, le soulèvement national n’est pas sans soutien à l’étranger où les bonnes volontés se mobilisent en grand nombre. En France, la droite nationale fait activement campagne pour les insurgés et quelques centaines de militants vont même faire le coup de feu de l’autre côté des Pyrénées. D’autres pays, dont l’Irlande, dépêchent eux aussi des volontaires qui apportent une contribution symbolique à cette nouvelle Croisade. Cet engagement n’a rien d’infamant, bien au contraire, et il est plus que temps d’en parler : nous nous y employons également dans ce petit livre.

Il y a 70 ans, l’Espagne, au prix d’une guerre terrible et de sacrifices immenses, s’arrachait aux griffes d’un gang de «cruels imbéciles», de «crétins criminels» et de «scélérats» (selon les termes mêmes de deux Pères de la République, Pérez de Ayala et le Dr Marañon). Ce sursaut est tout à son honneur, il est juste d’y rendre hommage et nous espérons y contribuer un tant soit peu par ce modeste ouvrage.

 

Sommaire

Avant-propos

« Être espagnol »

Une guerre inéluctable

« Hymne de combat »

Francisco Franco, soldat d’exception

Franco en trois livres

« Tercios héroïques »

José Antonio Primo de Rivera 67

« Face au Soleil »

« Prière pour les morts de la Phalange »

Des intellectuels contre le Frente Popular

Du côté des écrivains « nationaux »

« Chemise bleue »

Un oubli et un mensonge

Chemises bleues en Russie

« Hymne de la Division Bleue »

Les amis français de la Cruzada

« Appelle-moi camarade »

Volontaires français chez Franco

Les Irlandais de Franco

« Oriamendi »

Bibliographie

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 10:10

Maurice Bardèche <http://www.toqonline.com/author/mbardeche/>
Translator’s Note: When liberalism becomes “a foul tyranny masking an evil and anonymous dictature of money” (the basis of Jewish supremacy), everything is inverted and perverted, so that even our word “socialism” is tarnished, associated as it now is with Washington’s Judeo-Negro regime. I thought it appropriate, therefore, to post something that reminds readers of how we once defined this term.  The following is a short excerpt from Maurice Bardèche’s Socialisme fasciste (Waterloo, 1991). — Michael O’Meara
“Socialisme fasciste” is the title of an essay by Drieu La Rochelle. Fascist socialism, though, has been largely symbolic, since it is more an idea than a record of actual achievement.
At certain points, all fascist movements had to come to terms with socialism. And all took inspiration from it: Hitler’s party was the National Socialist German Workers Party, Mussolini was a socialist school teacher, José-Antonio Primo de Rivera was a symbol of national-syndicalist socialism, Codreanu’s Iron Guard was a movement of students and peasants, Mosley in England had been a Labour Minister, Doriot in France was a former Communist and his PPF emerged from a Communist cell in Saint-Denis.
Historically, fascist movements were liberation movements opposing the confiscation of power by cosmopolitan capitalism and by the inherent dishonesty of democratic regimes, which systematically deprive the people of their right to participate [in government].
With the exception of Peron’s Argentina, circumstances have always been such as to prevent the realization of fascism’s socialist vocation.
Those fascist movements that succeeded in taking power were compelled, thus, to reconstitute an economy ruined by demagogues, to re-establish an order undermined by anarchy, to create ways of overcoming the chaos besetting their lands or to repel external threats. These urgent and indispensable tasks required a total national mobilization and dictated certain priorities.
Circumstances, in a word, everywhere prevented fascists from realizing the synthesis of socialism and nationalism, for their socialist project was necessarily subordinated to the imperative of ensuring the nation’s survival.
These circumstances were further exacerbated by another difficulty: Fascist movements were generally reluctant to destroy the structure of capitalist society.
Given that their enemy was plutocracy, foreign capital, and the usurpers of national sovereignty, the immediate objective of these movements was to put the national interest above capitalist interest and to establish a regalian state capable of protecting the nation, as kings had once done against the feudal powers.
This [fascist] policy of conserving ancient structures may have transformed the prevailing consciousness and shifted power, but it did not entail a revolutionary destruction of the old order.
Fascist nostalgia for the old regime has, indeed, been so profound that it routinely reappears [today] in neo-fascist movements that are national-revolutionary more in word than in deed.
This phenomenon is evident throughout Europe, in Italy and Germany, in Spain, in France . . .
Is it, then, a contradiction distinct to neo-fascism that it has been unable to combine the conservation of hierarchical structures upon which Western Civilization rests with measures specifically socialist?  Or do neo-fascists simply — unconsciously — express the impossibility of grafting measures of social justice onto a civilization profoundly foreign to their ideal . . . ?
We need at this point to turn to [first] principles.
Every new vision of social relations rejecting Marxism rests on a certain number of postulates, which, I believe, are common to all radical oppositional movements.
1. The first of these condemns political and economic liberalism, which is the instrument of plutocratic domination. Only an authoritarian regime can ensure that the nation’s interest is respected.
2. The second postulate rejects class struggle. Class struggle is native to Marxism and [inevitably] leads to the sabotage of the nation’s economy and to a bureaucratic dictatorship, while true prosperity benefits everyone and can be obtained only through a loyal collaboration and a fair distribution.
3. The third protects the nation’s “capital” (understood as the union of capital and labor) and represents all who participate in the productive process . . . It is a function of the [fascist] state, thus to promote labor-capital collaboration and to do so in a way that does not put labor at the mercies of capital.
4. Given that the nation’s economy is a factor crucial to the nation’s independence, it, along with the Army and other national institutions, are to be protected from all forms of foreign interference.
5. Since modern nations have become political-economic enterprises whose power resides in those who control the economy as much as it does in those who make political decisions, the nation must play a leading role in the economic as well as the political systems. The instrument appropriate to such participation in the nation’s life have, however, yet to be invented. . . .
6. Above all, the nation’s interest must take priority over every particular interest. . . .
There is nothing specifically “socialist,” as this term is understood today, in these principles, since contemporary socialism is nothing other than a form of social war whose inevitable culmination is the rule of those bureaucratic entities claiming to represent the workers [i.e., national union federations].
Nevertheless, these principles accord with another conception of socialism — one that favors a fair distribution to all who participate in the productive process. This is not the underlying idea, but the consequence thereof, inspiring our postulates.
A fair distribution, however, will never result from sporadic, recurring struggles challenging the present degradations of money. Instead, it is obtainable only through the authority of a strong state able to impose conditions it considers equitable.

Publié par ARB - dans MAURICE BARDECHE
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 10:53
http://www.journaux.fr/images/revues/L6125.jpgDans son dernier éditorial de sa Nouvelle Revue d'Histoire (n°47, mars-avril 2010, p.7), Dominique Venner, en introduction d'un dossier sur l'année 1940 ("Du désastre à l'espoir"), évoque "le destin opposé et imprévisible de deux écrivains", Jean Prévost et Robert Brasillach.
Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 14:35
http://img.ozap.com/02693954-photo-la-rafle.jpgLa promotion du film La Rafle, récemment sorti sur les écrans français, insiste sur l'énorme travail documentaire réalisé, sur l'apport de conseillers historiques (maître Serge Klarsfeld) et un souci d'exactitude irréprochable. Qu'on en juge par cet extrait des propos de la réalisatrice Rose Bosch, tenus sur France Culture, le mercredi 10 mars 2010 (émission « Rendez-vous » de Laurent Goumarre) : « Au fond, la Shoah, ce n'est pas seulement un peuple s'attaquant à un autre et c'est un génocide. C'est la volonté manifeste de s'attaquer aux enfants parce que, comme disait Brasillach, "il faut éliminer les Juifs et surtout ne pas garder les enfants." Donc, c'était vraiment cette attaque contre les enfants, la part la plus fragile de l'humanité, qui a déclenché, chez nous en tout cas, l'envie de faire ce film. »
PMH.http://files.fluctuat.net/images/cms_flu/5/5/0/2/42055/51884.jpg
Publié par ARB - dans REVUE DE LA RADIO
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 11:45
Lors du « Libre journal de l’Identité » du vendredi 12 mars 2010, sur Radio Courtoisie, consistant en un « Baguenaudage dans la littérature identitaire », Pierre-Alexandre Bouclay, son animateur, a évoqué les ouvrages de Robert Brasillach (aux alentours de la soixante-dixième minute) et a demandé à François Brigneau son témoignagne sur Brasillach, qu'il côtoya dans les geôles françaises après la Libération (aux alentours de la cinquante-et-unième minute).
Publié par ARB - dans REVUE DE LA RADIO
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 20:00
Et de trois !
http://farm3.static.flickr.com/2751/4441513308_13146d63af.jpgPris d'ivresse en constatant son pouvoir, le journal "subversif" Charlie-Hebdo a consacré, dans son numéro 925 (10 mars 2010, p.13), un troisième papier de dénonciation d'un spectacle ayant eu lieu « dans un petit théâtre au fond d'une cour d'immeuble dans le IXe arrondissement de Paris » et ayant réuni « des groupuscules d'extrême droite, qui, par ailleurs, semblent bien moribonds », puisque « la moyenne d'âge de la salle » aurait avoisiné « les 70 ans ». On voit qu'il y a avait urgence à s'acharner sur des agonisants ! Et que Charlie-Hebdo, ne reculant devant aucun acte de bravoure, prenait un grand risque à entrer ainsi en Résistance. Certes, la bastonnade que CH appelait de ses voeux n'a pas eu lieu. La préfecture n'a pas interdit la manifestation séditieuse. Mais quelques tolérants ont tout de même interrompu le spectacle en sortant de la salle pour rejoindre Londres.
Quant à l'auteur de l'article, Lou Forster, peut-être continuera-t-il à s'inspirer dignement de son prédécesseur
Alain Laubreaux en allant se présenter à Philippe Ariotti, héritier, en l'occurrence, de Jean Cocteau, après l'avoir dénoncé à la vindicte publique. Nul doute que Daniel Desmars, metteur en scène et autre acteur du spectacle, se ferait alors un plaisir d'imiter Jean Marais, dont il a égalé à cette occasion la liberté d'esprit, le courage et le talent !
PMH.
Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 19:55
Rivarol-2941-10.02.260001.jpg
Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 00:11
Le journaliste Jean-Claude Valla est mort dans la nuit du jeudi 25 février 2010.
http://fr.novopress.info/wp-content/uploads/2010/02/jean-claude-valla-271x300.jpg
Les ARB ont perdu un ami fidèle à la mémoire de Brasillach et que l'association avait invité plusieurs fois pour des conférences.
De beaux hommages peuvent être lus sur les sites Novopresse et Polémia, ce dernier reprenant un article de Jean-Claude Valla sur son expérience au Figaro Magazine (également disponible, avec quelques photos supplémentaires, ici).
Publié par ARB - dans REVUE DU NET
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 17:22
Deux pages sont consacrées à Robert Brasillach par Claude Quétel dans L'Impardonnable défaite. 1918-1940 (Jean-Claude Lattès, janvier 2010, p.123-124).
Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES

Présentation

  • : ARB
  • ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche