Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 10:57

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES ARB 2009


L’Association des Amis Robert Brasillach et son Président, P. Junod, ont le plaisir de convier ses adhérents à la prochaine assemblée générale ordinaire qui se tiendra le


Samedi 21 novembre 2009 dès 15h

Café-Restaurant Papon, rue Henri-Fazy 1, 1204 Genève

Cette année encore, nous avons réservé la magnifique salle dite La Grotte du Café Papon, attenant à L’Hôtel-de-Ville, au cœur de la Vieille-Ville (10 min. de la gare Cornavin. Parking St Antoine)

1909 – 2009 :

100ème Anniversaire de la naissance de Robert Brasillach

Avec la présence de

Bruno Bardèche et la famille Bardèche-Brasillach, Philippe d’Hugues, Eric Delcroix, Manuel Heu, Slobodan Despot, Robert-Pascal Fontanet, le Dr. Merlin…

Ordre du jour

1. Mot de bienvenue et rapport du Président
2. Lecture des comptes et du rapport des réviseurs
3. Approbation des comptes et décharge au Comité
4. Réélection du Président et du Comité.
5. Projets et divers
 
Dès 17 heures.
 
Interventions autour de Brasillach et des ARB avec nos invités
Lectures de textes de Brasillach par Slobodan Despot, éditeur
Pierre Favre , donneur d’élan et passeur d’art, par J.-Ph. Chenaux, journaliste indépendant
Hommage à Jean-Claude Fontanet par Me R.-P. Fontanet
 
20 heures : Repas (menu à CHF 60.-, 3 dl de vin, eau et café compris, menu jeune à CHF 40.-) précédé d’un apéritif offert par les ARB.
 
Animation avec le Dr. Merlin qui chantera les Poèmes de Fresnes

---------------------

Coupon de réservation obligatoire


Nom, prénom :

Adresse :

 Je participerai à l’Assemblée générale du 21 novembre 2009 et je réserve ………. place(s) pour le repas

 Veuillez me réserver ………. chambre(s) simple(s) (CHF 110.-) ou ….. chambre(s) double(s) (CHF 200.-) à l’Hôtel Excelsior (Rue Rousseau, 3 min. de la gare, tarifs préférentiels)

Coupon-réponse à renvoyer aux ARB, case postale 3763, CH-1211 Genève 3
ou
brasillach@europae.ch,  tél. : 00.41.22/319.42.42, fax 00.41.22/319.42.43

Publié par ARB - dans ARB
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 10:32

Pierre Assouline a sorti dernièrement, chez Omnibus, ce qu’il a intitulé un Autodictionnaire Simenon. Il a déclaré avoir inventé le terme "autodictionnaire", « et la collection, car il y en aura d’autres » (Le Nouvel Observateur). Remarquons qu’il a l’honnêteté de ne pas prétendre avoir inventé cette forme d’ouvrage et contentons-nous d’un exemple d’antériorité (d’après la bibliographie établie par Alain de Benoist) : Robert Brasillach en toutes lettres. Un dictionnaire critique d’après Robert Brasillach, par Cécile Dugas, en 2 volumes, n° spéciaux des Cahiers des Amis de Robert Brasillach, 46-47 (années 2001-2002) et 48-49 (années 2003-2004), Genève, 2004, 432 et 432 p., index, préface de Philippe Junod [recueil de 1800 citations classées par thèmes].

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 10:07
En complément de la biographie de Ramon Fernandez par son fils Dominique, Rivarol a reproduit dans son numéro 2918 (11 septembre 2009, p.11) la nécrologie de Fernandez que son compagnon Robert Brasillach publia dans L'Écho de la France le 15 août 1944.
Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 09:28
Le Cercle du Six février vient de mettre en ligne "Un vieux Gaulois", article publié par Robert Brasillach dans Combat en avril 1936 (n°4). Nous le reprenons à notre tour.

On aura tout revu. Dans les événements honteux qui ont rempli le mois dernier les colonnes d'une presse insensée, tout Français raisonnable a eu, certes, de quoi s'émouvoir et s'inquiéter. Mais de quelle manière juger l'attitude de ceux qui nous gouvernent et de leurs valets? Comment ne pas se souvenir comme d'une suite d'infamies particulièrement répugnantes de tout ce que nous avons entendu? Il faut se rappeler, il faut se rappeler ce concours immense de sottise, de bassesse, de dangereuses illusions, de criminelles provocations, de manque de sang-froid, auxquels se sont livrés tous ceux qui devraient garder la tête libre.

Pour l'ensemble de la presse de notre pays, nous n'avons que du mépris. Mais il est peut-être bon que parfois ce mépris trouve à s'appliquer sur quelques faits robustes et nouveaux. Et nous les avons eus, ces faits nouveaux! Nous risquions d'oublier à quel degré pouvaient descendre ceux qui, ayant arraché à leur derrière leur plume de parade, s'imaginent aisément qu'elle leur confère des droits.

Ce fut un beau spectacle. On nous convia à admirer le discours le plus affolé qu'ait jamais prononcé un président du Conseil, au sortir d'une nuit d'orgie où il a cru trouver sans les complaisances d'une maison bien achalandée de flatteurs encouragements pour sa virilité. Et quelques jours après, après la suite la plus effrayante d'erreurs et de gaffes qu'ait pu commettre une diplomatie de chevaux de bois et de tir aux pigeons, on nous a demandé d'admirer la sagesse et la prudence françaises. Matamores gonflés de mots, les maîtres de la France l'ont fait descendre au rang d'une nation assistée, pleurant à travers l'Europe et quêtant son sucre d'orge ou son martinet. Tandis qu'à l'horizon se profilaient déjà des spectres redoutables, légion étrangère de toute guerre, fantômes à vendre et toujours vivants, fantôme du Rouleau compresseur, du Réservoir d'hommes, en attendant celui de la Tartine.

On a embrigadé à nouveau les vieux serviteurs qui ont fait la dernière guerre et feront la prochaine. Paris-Soir nous a conviés à lire les mémoires d'un déserteur allemand, et on nous a prié de respecter ceux qui nous gouvernent, parce qu'ils représentent la France. Mais je crois bien que la palme, dans ce concours général des sottises et des bassesses, la palme appartient à l'Intransigeant.

La lutte était sévère entre les deux grands journaux du soir: le premier avait pour lui la pornographie de famille, les jambes de Ladoumègue, les mémoires du bourreau de Londres. L'Intran ne pouvait lutter, l'Intran, par un coup de maître, réinventa le patriotisme. Le soir où Hitler pénétrait en Rhénanie, Louis-Louis Dreyfus publiait un article intitulé Caveant Consules. Il ne faudrait pas que ces lignes fussent perdues. La défroque révolutionnaire, les soldats de Valmy, les armées semeuses de liberté, reparaissaient à travers les égarements qu'impose à la plume un esprit qui sans doute a puisé son réconfort dans quelque eau-de-vie de grains. Et pour finir, ce petit-fils d'émigrés invoquait sans vergogne, les vieilles vertus de nos ancêtres les Gaulois.

Au moment où cet article parut, au moment où nous avions besoin de tout notre sang-froid, de telles phrases, emplies d'une telle suffisance inconsciente, de pareilles rodomontades (suivies de quel résultat! suivies de quelle mendicité, de quelle molle et dégoutante prosternation!) méritaient sans doute de faire leur effet. A dire le vrai, il se fit une sorte d'union sacrée contre le marchand simoniaque. De la droite à la gauche, on pria Louis-Louis Dreyfus de revenir à un peu plus de pudeur. Il se contente aujourd'hui d'inspirer les articles de son journal.

On nous apprend, au cours de l'histoire, que de temps en temps, le peuple pend les spéculateurs sur le blé. Dans la tristesse des événements, ces exécutions paraissent des oasis de justice et de fraîcheur. Mais je ne trouve pas que cela soit tout à fait suffisant lorsque les marchands deviennent professeurs de patriotisme et que les descendants des voleurs de grands chemins, qui ont détroussé successivement les Croisés et ces fameuses armées révolutionnaires, se mêlent de relever, par avance, "le moral de l'arrière". On rêve d'une justice qui inventerait quelques supplices inédits, et rigoureusement adaptés à la situation. Qui brûlerait M. Sarraut sur un bûcher de Dépêches de Toulouse, en compagnie, pour consoler son anticléricalisme, de quelques évêques français. Qui se transporterait en corps à Londres pour noyer M. Flandin dans la Tamise. Et qui, imitant Richard III, étouffant son frère, dans un tonneau de malvoisie, étoufferait Louis-Louis Dreyfus dans un sac de blé. Avec toutes les formes légales, naturellement.

Robert Brasillach

PS: - Voici une petite histoire morale. Le jour de la remilitarisation de la Rhénanie, M. Louis-Louis Dreyfus éprouva le besoin de s'en aller à confesse chez M. Léon Blum. Il prit un taxi, qu'il fit attendre à la porte pendant que son pape lui donnait l'absolution. Dûment béni, il se préparait à régler le chauffeur quand celui-ci, un brave Français, l'arrêta du geste: Vous êtes allé chez Blum? - Oui - Alors, je ne vous fais pas payer. Et il démarra avec un gentil sourire, ne se doutant pas qu'il avait transporté ce jour-là, dans son taxi, quelques milliards.

Bien entendu, c'est Louis-Louis Dreyfus qui raconte lui-même cette fable, les larmes aux yeux. Elle me paraît un assez joli symbole.
Publié par ARB - dans ARTICLES
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 10:33

Notre avant-guerre a été conseillé au cours d'une "promenade littéraire estivale" proposée par Claude Giraud dans son "Libre journal" du jeudi 13 août 2009, sur Radio Courtoisie.

Publié par ARB - dans REVUE DE LA RADIO
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 13:42
Extrait d'un entretien avec Éric Neuhoff paru dans Le Magazine des livres (n°18, juillet/août 2009, p.32) :
- Les thèmes que vous abordez dans vos romans sont plutôt puisés dans l'air du temps.
- Oui, la seule fois où j'ai essayé de faire un roman "historique", inspiré de Brasillach, cela a été tellement de travail pour me remettre dans l'époque, vérifier tous les détails, que c'en est devenu infernal. Et je me suis quand même débrouillé pour faire des erreurs... Non, tant qu'à faire, je trouve que l'on doit plutôt raconter son époque.
Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 12:04
Parution d'un livre sur l'un des dessinateurs de Je suis partout :


Ralph Soupault, dessinateur de l'extrême, par Emmanuel Caloyanni


Portrait d'un caricaturiste vendéen, entre talent et totalitarisme. Ralph Soupault (1904-1962), né aux Sables d'Olonne (à la Chaume plus précisément), était un dessinateur engagé et un personnage ambivalent. Fils d'un enseignant de gauche, il suivra dans un premier temps la voie de celui-ci. Son premier dessin sera publié dans "L'Humanité" en 1921. Mais son incorporation (en novembre 1924) transformera ses convictions pour le conduire petit à petit à adhérer aux idées d'extrême droite. Il deviendra alors un propagandiste zélé au service de cette idéologie. 16 pages couleur regroupant ses caricatures les plus célèbres et un texte précis retracent son parcours artistique et politique. Le destin hors norme d'un artiste méconnu dans cette biographie précise et richement documentée (études historiques du personnage mais aussi textes et articles d'époque).


Ed. Geste, 2009,11 x 17,8 cm, édition brochée, 337 pages, 9.00€

Publié par ARB
19 juillet 2009 7 19 /07 /juillet /2009 00:19
Dans son blog "La République des idées", Pierre Assouline mentionne à nouveau le rapport trouble de Jean-Luc Godard aux écrivains de la Collaboration, et notamment à Robert Brasillach (que questionne un blogueur us), dans "Mr Godard va à Hollywood", où il s'interroge longuement sur l'antisémitisme prêté à JLG.
Publié par ARB - dans REVUE DU NET
16 juillet 2009 4 16 /07 /juillet /2009 10:33

 

Dans un entretien donné à Danielle Attali, du Journal du Dimanche (n°3261, 12 juillet 2009, p.34, « Un film nécessaire pour les jeunes générations »), à propos du nouveau film de fiction, en cours de tournage, sur la rafle du Vél'd'Hiv (1), Serge Klarsfeld, consultant historique du film, déclare, à la question « Pourquoi les enfants étaient-ils séparés de leurs parents ? » :

« Les Allemands disaient ne pas avoir "le feu vert de Berlin pour déporter les enfants". On les a donc séparés de leurs parents, parfois à coups de crosse, parce qu'il y avait trois trains par semaine à remplir. C'est le moment le plus abject, le plus odieux, le plus terrible de l'histoire de France. Ce qui interroge encore les Français, c'est la décision prise par Pétain, Laval et Bousquet de livrer des milliers d'enfants à Hitler, infligeant à la France une défaite morale dont le poids a été incalculable. »

Il s'agit assurément d'une contribution pouvant être utilement ajoutée à la controverse au sujet de la phrase fameuse de Robert Brasillach sur « les enfants juifs », et plus généralement sur les choix de Pierre Laval en la matière. Mais, sans doute la transcription des propos de Maître Klarsfeld a-t-elle été maladroite, il est assez difficile de comprendre ce qui est pour lui le plus inhumain : la séparation ou non des enfants de leurs parents. Nul doute qu'il aura l'occasion de préciser sa pensée à l'occasion du prochain film sur le sujet, « nécessaire » pour l'édification de la génération suivante.

PMH.


Note :

(1) « Bien sûr il y avait eu Monsieur Klein, et puis Les Guichets du Louvre », indique Danielle Attali.« La rafle est le premier film traitant vraiment du sujet », affirme toutefois le magazine Studio - Ciné Live (n°6, été 2009, p.16).

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 23:14

La revue de littérature et d'histoire des idées Livr'Arbitres a publié, dans son numéro 1 de 2009 (nouvelle série), un « entretien posthume » avec Robert Brasillach (p.11-18), montage de propos et d'extraits de son œuvre, accompagné d'une présentation d'Hadrien Michel (p.10).

À noter également un long et passionnant entretien (anthume !) avec Gilles de Beaupte, fondateur des "Études rebatiennes" (« Ne laissons pas Les Deux Étendards sous Les Décombres ! », p.19-30).


Publié par ARB - dans REVUE DES REVUES

Présentation

  • : ARB
  • ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche