Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 17:03

« Parmi les spécialistes du Front national, au sein du Parti de Gauche, Alexis a eu le courage de lire chacun des discours, des interviews, des articles de Marine Le Pen et de sa garde rapprochée. Il les a confrontés avec les écrits et traces archivées des fondateurs du fascisme français, de Robert Brasillach à Jacques Doriot. Il faut de l’abnégation pour se confronter à la haine à l’état pur. Alexis l’a fait pour nous et son livre est donc bourré de références, de citations, qui permettent de décrypter les origines mais aussi la cohérence d’une Marine présentée, à tort, comme plus ouverte et démocrate que son Jean-Marie de père. Juste parce qu’elle évite les jeux de mots nauséabonds » (à propos du livre d'Alexis Corbière, Le Parti de l'étrangère. Marine Le Pen contre l'histoire républicaine de la France, Éditions La Flibuste).

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 09:51
Publié par ARB - dans MAURICE BARDECHE
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 16:25

Le dossier du Magazine littéraire de février 2012 (n°516) est consacré aux "écrivains et l'occupation".

Vu que c'est Dominique Fernandez qui a été chargé d'évoquer la figure de Ramon Fernandez, il aurait été logique que l'article sur Robert Brasillach soit signé par Bruno Bardèche, par quelque autre membre de sa famille ou, à tout le moins, par l'un des biographes qui n'ont pas étudié son dossier qu'à charge. C'est David Alliot qui a été requis et qui s'est acquitté de cette commande d'une manière parfaitement conforme à ce qui est attendu de ce genre de publication.

PMH.

http://newsletters.magazine-litteraire.com/mensuel/couv/516.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 01:04

Extrait de L'Ordre libertaire. La vie philosophique d'Albert Camus, de Michel Onfray (Éditions Flammarion, janvier 2012) [double-cliquer sur la seconde coupure pour la voir en entier et l'agrandir] :

 

http://farm8.staticflickr.com/7033/6768173109_008c989314_b.jpg

 

http://farm8.staticflickr.com/7014/6768195353_957e35cd9d_b.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 17:30

http://farm8.staticflickr.com/7152/6742878485_319fca5346_b.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 14:59

A la fin de l'entretien qu'il a donné à Frédéric Taddéi, pour l'émission "Tête-à-tête" du 8 janvier 2012, Bertrand Tavernier oppose l'attitude sous l'Occupation de Céline et Brasillach à celle de Charles Spaak, qui remplaça un personnage négatif d'origine juive du roman de Simenon Les Caves du Majestic par un personnage de "Français moyen".

Publié par ARB - dans REVUE DE LA RADIO
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 16:39

Tel est le titre d'un article de huit pages parues dans la revue Axe & Alliés (n°29, janvier-février 2012). 

http://admin6073.files.wordpress.com/2012/01/couverture_axe_et_allies_0291.jpg


Publié par ARB - dans REVUE DU NET
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:40

«  Alors que Laurence Parisot se targue de donner à un public qui les ignorerait,  des informations historiques permettant de comprendre le sens du discours de Marine Le Pen, ce sont les connaissances historiques de Laurence Parisot qui apparaissent plus que faibles, notamment quand elle parle de l’islam et de la guerre d’ex-Yougoslavie. Un exemple montrera le type de procédé qu’elle utilise. Laurence Parisot tente de faire un rapprochement entre Marine le Pen et le journaliste collaborateur Robert Brasillach, (rien de moins !), or que donne-t-elle comme point de rapprochement : le fait que Marine Le Pen a dit que l’histoire est écrite par les vainqueurs,  et que Robert Brasillach a dit la même chose. Page 75 Laurence Parisot écrit : "Marine le Pen réplique « C’est toute la question de savoir si nous ne sommes pas toujours dans la justice des vainqueurs et si les intérêts qui sont en jeu correspondent réellement à des intérêts de justice. » Une pirouette qui n’est pas sans rappeler la pensée de Robert Brasillach qui écrivit : «  La justice c’est six mille ans d’erreurs judiciaires » et que « l’histoire est écrite par les vainqueurs ».".  Autrement dit, Laurence Parisot utilise une banalité qui n’a rien d’un élément spécifique ou caractéristique de la doctrine fasciste ou collaborationniste (dire que l’histoire est écrite par les vainqueurs), pour prétendre que le discours de Marine le Pen "ne serait pas sans rappeler" les idées collaborationnistes de Brasillach :  le procédé est totalement fallacieux, c’est une tromperie pure et simple » (extrait d'un article publié par "Riposte laïque", 18 janvier 2012).

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 16:13

Philippe d'Hugues évoque Robert Brasillach dans son article « Littérature de 1942 », paru dans La Nouvelle Revue d'Histoire (n°58, janvier-février 2012, p.61) :

« [...] très absorbé par la direction de Je suis partout et le souci d'y attirer de grands noms (Marcel Aymé, La Varende, Fraigneau, Barjavel) plus l'article hebdomadaire qu'il y donnait, sans compter notes de lecture et articles variés signés Jean Servière, il avait toujours un ou deux livres en chantier. Après la publication de Notre Avant-guerre, en 1941, l'année 1942 fut consacré à la parution en feuilletons de La Conquérante, grand roman sur le Maroc de son enfance, celui de Lyautey et à la mise à jour corrigée de L'Histoire du Cinéma, laquelle paraîtra l'année suivante. »

http://www.la-nrh.fr/NR_1./EN_COURS_files/NRH58.jpg

Publié par ARB
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 16:53

Trois citations de Robert Brasillach ont été retenues dans le Petit dictionniare des injures politiques récemment paru chez L'Editeur (dir. Bruno Fuligni) :

- p.141 : « Par la grâce d'un gouvernement de pleutres et de bandits, les cyniques, les marchands d'armes, les sadiques, comme ce petit Pierre Cot (il suffit de regarder son portrait pour deviner chez lui on ne sait quel érotisme du sang et de la mort) font la loi à ces pauvres gueules de pions chahutés que montrent Blum et Salengro » (Je suis partout, 8 août 1936) ;

- p.294 : « Pour flatter le féminisme, Léon Blum avait pris dans son cabinet des femmes : une grosse Juive autoritaire, madame Brunschvicq, une petite institutrice maigre et chafouine » (Notre Avant-guerre, 1941) ;

- p.407 : « En finira-t-on avec les relents de pourriture parfumée qu'exhale encore la vieille putain agonisante, la garce vérolée fleurant le patchouli et la perte blanche, la République toujours debout sur son trottoir. Elle est toujours là, la mal blanchie, la craquelée, la lézardée, sur le pas de sa porte, entourée de ses michés et de ses petits jeunots aussi acharnés que les vieux. Elle les a tant servis, elles leur a tant raporté de billets dans ses jarretelles : comment auraient-ils le coeur de l'abandonner, malgré les blennorragies et les chancres ? Ils en sont pourris jusqu'à l'os. »

 

http://www.l-editeur.fr/sites/default/files/couvpolitiquesRECADRE-1.jpg

Publié par ARB

Présentation

  • : ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche