Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2018 2 06 /02 /février /2018 14:05

www.politiquemagazine.fr/culture/livres/le-jeune-brasillach/

sur trois romans de Brasillach publiés chez Pardès

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
6 février 2018 2 06 /02 /février /2018 13:06

- "6 février 1945 : Robert Brasillach est exécuté", émission radiophonique de Franck Ferrand (Europe 1, "Un autre dans l'histoire", 6 février 2018)

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les événements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 6 février 2018, mais en quel 6 février partons-nous ?

Le 6 février 34 est la journée d’insurrection  contre la République. Mais parlons d’un autre 6 février, celui de 1945, où l’on exécute un écrivain de 35 ans, Robert Brasillach. Après la Libération est en effet venu le temps de l’épuration, celui de la chasse aux "collabos".

De quoi accuse-t-on Brasillach, précisément ?

Avant tout d’avoir été rédacteur-en-chef de Je suis partout, journal collaborationniste et antisémite. Brasillach était depuis longtemps à l’extrême-droite ; dès les années 30, il écrivait dans L’Action française. Ce qui ne veut pas dire qu’il ait admiré Hitler. Ayant lu Mein Kampf, il avait même écrit que c’était le "summum du crétinisme excité" !

Pourtant, il va s’y rallier ?

Disons que Brasillach a prôné un "fascisme à la française". Donc, en septembre 44, apprenant que sa mère a été arrêtée, il se constitue prisonnier pour la faire libérer. Poursuivi pour intelligence avec l’ennemi, il est incarcéré à Fresnes, jugé dès janvier 45. 6 heures de procès, 20 minutes de délibéré, débouchant sur une condamnation à mort. Seulement Robert Brasillach est un intellectuel marquant de sa génération ! Camus, Cocteau, Anouilh, entre autres, vont signer une pétition pour demander sa grâce, ne serait-ce qu’au nom du talent. Le 3 février, le général de Gaulle a dit même à Mauriac : "Mais non, on ne fusillera pas Brasillach !". Et pourtant, deux jours après, le jeune écrivain est exécuté au fort de Montrouge. Que s’est-il passé ? On a dit que De Gaulle aurait vu une photo d’un homme en uniforme allemand qu’il avait pris pour Brasillach, alors qu’en fait, c’était Doriot. Il me semble, plus simplement, que cette condamnation allait dans le sens de l’histoire.

- "Robert Brasillach, un collaborateur et son œuvre", émission radiophonique de Laurent Dehossay (RTBF - La Première, "Un jour dans l'histoire", 15 janvier 2018), avec Pierre Sommeville

nota : il est aussi question dans l'émission de "Marcel Bardèche" (sic) et le 31 janvier 2018, l'émission a été consacrée à l'épuration en Belgique

-

 

 

Publié par ARB
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 14:30

Dans un article sur Léo Joannon ("Un cinéaste catholique à redécouvrir"), paru dans le quotidien "Présent" (26 janvier 2018, p.6), Philippe Vilgier rappelle que le film Carrefour des enfants perdus fut "salué tant par le public que par la critique - notamment par les influents Lucien Rebatet et Robert Brasillach, même si celui-ci lui reproche de "n'éviter ni le moralisme ni l'emphase"".

 

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
29 janvier 2018 1 29 /01 /janvier /2018 14:07

Comme chaque année, une messe sera dite le mardi 6 février 2018 à 10h30 en l’église Saint-Jacques du Haut-Pas, rue Saint-Jacques, PARIS Ve.

 

Un buffet dînatoire, en soirée, à partir de 19h00, aura lieu pour marquer les 70 ans de l’association des Amis de Robert Brasillach (ARB).

 

Les places étant limitées, merci de faire savoir votre venue le plus vite possible à arbfrance@orange.fr, en précisant le nombre de personnes.

 

Programme :

  • Allocution du président des ARB, Philippe JUNOD ;
  • Participation de Camille GALIC, Anne LE PAPE, Philippe D’HUGUES, Marc LAUDELOUT ;
  • Invité : Jean-Pierre COUSTEAU qui viendra présenter Intra Muros, livre de réflexions, écrit en prison par son père Pierre-Antoine COUSTEAU.
Publié par ARB - dans MANIFESTATIONS
29 janvier 2018 1 29 /01 /janvier /2018 09:46

RURALISME, CANADA, NÉMIROVSKI, VOYAGE EN ALLEMAGNE, PROCÈS, PRESSE DE 1940 : QUELQUES PUBLICATIONS RÉCENTES CITANT ROBERT BRASILLACH

« Ruralisme et droite radicale en France et en Grande-Bretagne dans l’entre-deux-guerres », par Dan Stone, À droite de la droite. Droites radicales en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle, dir. Philippe Vervaecke, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2012 :
« amorcée avec la publication en 1899 de La terre qui meurt de René Bazin, qui témoignait de l’équation entre défense de la ruralité et rejet de la modernité, et qui accusait l’aristocratie d’avoir failli à ses obligations vis-à-vis de la terre, l’association entre ruralisme et droite radicale était déjà bien établie du temps de l’Affaire Dreyfus, et fermement implantée à la fin de la Grande Guerre. À ce titre, Le Marchand d’oiseaux (1931) de Robert Brasillach est représentatif de la pensée fasciste dans l’entre-deux-guerres, en cela qu’il oppose l’enracinement de la vie paysanne à la nature changeante de l’existence citadine. »

-----------

Vichy au Canada. L’exil québécois de collaborateurs français, de Marc Bergère, Les Presses de l’Université de Montréal (PUM), 2016 (cf. http://books.openedition.org/pum/3539) :
 

-----------

« Au-delà de la haine de soi juive : la judéité “d’interrogation” d’Irène Némirovsky », par Elena Quaglia, Revue italienne d’études françaises, n°7 (« Figures littéraires de la haine »), 2017 :

« L’ambiguïté qui affecte la vision némirovskienne de la judéité est également évidente dans un texte intitulé Rois d’une heure paru en trois livraisons dans l’hebdomadaire 1934. Le Magazine d’aujourd’hui et encore très peu étudié par la critique. La revue, fondée par Henri Massis en 1933, et publiée jusqu’en 1935, vante des contributeurs tels que Maurice Bardèche et Robert Brasillach43, anciens maurrassiens, ou le futur ministre de Vichy Abel Bonnard,ou encore Paul Morand. Le Magazine d’aujourd’hui se configure donc comme un hebdomadaire de droite, réunissant dans ses pages l’establishment littéraire avec lequel Némirovsky collaborait et voulait collaborer. »
---
Note 43 : « Brasillach était non seulement secrétaire de rédaction au Magazine d’aujourd’hui, mais aussi critique dramatique. Il a notamment publié en 1934 un compte rendu de la pièce de Bruckner, Les Races, dix jours après celui de Némirovsky dans Aujourd’hui : son antisémitisme y est déjà assez évident, cf. R. Brasillach, « Races de Ferdinand Bruckner », dans 1934. Le Magazine d’aujourd’hui, 24, 21 mars 1934, repris intégralement dans Ch. Meyer-Plantureux, Les Enfants de Shylock ou l’antisémitisme sur scène, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 248-250. »

-----------

« Une oubliée sous les feux de la rampe : le cas Némirovsky », par Teresa Manuela Lussone, Revue italienne d’études françaises, n°6 (« Les romanciers oubliés des années Trente »), 2016 :

« Bien que pendant les années 1930 elle ait été l’une des romancières les plus connues, à certains moments de sa carrière, Irène Némirovsky avait déjà encouru la défaveur de la critique. En 1929, David Golder avait été salué, entre autres, par Thérive comme un véritable chef-d’œuvre1. La campagne de presse orchestrée par Grasset contribua sûrement au succès du roman, puis la parution du Bal et les controverses entre Duvivier et Nozière, qui tirèrent respectivement un film et une pièce de théâtre de David Golder, ne firent qu’accroître la renommée de l’écrivaine. Toutefois, vers le milieu des années 1930, même si elle peut toujours compter sur l’appui du public2, ses ouvrages ne jouissent plus d’une approbation unanime. La critique n’apprécie pas ses tentatives de changer de manière et en 1934 Brasillach dans L'Action française ne cache pas son mépris pour Le Pion sur l’échiquier, premier roman paru chez Albin Michel : « Peut-être l’auteur de David Golder ne devrait-elle pas écrire de romans. Toute l’adresse de l’écrivain ne parvient pas à masquer le vide du sujet et du livre »3. À cette époque Brasillach s’est déjà tourné vers le fascisme et il est légitime de soupçonner que sa critique n’est pas sans préjugés. Toujours est-il qu’Irène Némirovsky en est affectée : si, d’un côté, elle se dit que le roman n’est pas si mal, de l’autre elle est consciente d’avoir écrit Le Pion sur l’échiquier « pour manger »4.
---
Note3 : R. Brasillach, « Causerie littéraire », dans L’Action française, 31 mai 1934, p. 5.

-----------

Sur les chemins de terre brune. Voyages dans l'Allemagne nazie 1933-1939, de Frédéric Sallée, Paris, Fayard, coll. « Histoire », 2017, 510 p. (comptes rendus : http://journals.openedition.org/lectures/23133 et http://aggiornamento.hypotheses.org/3750) :
« Certains se sont ainsi rendus en Allemagne pour apprendre du nazisme, en importer les méthodes politiques et les stratégies de modernisation militaire et industrielle afin de garantir le bien-être du peuple. Robert Brasillach, qui a séjourné à Nuremberg aux débuts du nouveau régime, y a ainsi dépeint l’amusement qui y régnait. Frédéric Sallée souligne que, pour l’écrivain et journaliste, futur collaborateur, "le remède serait alors inéluctablement totalitaire" (p. 69) »

-----------

« Jean-Marie Le Pen et la SERP : le disque de musique au service d’une pratique politique » (mise en ligne le 13 décembre 2020), par Jonathan Thomas, Volume ! (« La revue des musiques populaires »), n°14, 2017, p.85-101 :
« Active jusqu’en 1999, la Société d’Études et de Relations Publiques (SERP) est une maison d’édition phonographique fondée notamment par Jean-Marie Le Pen en 1963. Elle publie en disques vinyle, cassette audio et CD de nombreuses compilations thématiques de documents historiques, musiques et discours politiques, que leur conception éditoriale et leur orientation politique rendent mobilisables pour servir les pratiques politiques de Jean-Marie Le Pen puis de son parti, le Front national. Comme les autres contenus sonores du disque SERP, la musique est aussi, à travers un discours sur ses capacités signifiantes et son exploitation comme référent historique, mémoriel et identitaire, employée comme un outil politique. Cet article s’intéressera, après une présentation historique de la SERP, à l’usage du disque de musique par les acteurs d’une pratique politique. À travers des sources écrites (presse partisane) et discographiques (notes de pochette, écoute et caractérisation des enregistrements), il tentera de comprendre comment le disque SERP et sa musique deviennent les vecteurs de transmission des imaginaires mémoriels, identitaires et militants des diverses communautés d’extrême-droite invitées à soutenir la réalisation du projet politique de Jean-Marie Le Pen et du Front national. »

-----------

-----------

 

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
22 janvier 2018 1 22 /01 /janvier /2018 18:11
("Valeurs actuelles", 16 novembre 2017, p.76)

 

Publié par ARB
20 décembre 2017 3 20 /12 /décembre /2017 23:03

Un enregistrement vidéo de la conférence donnée par Anne Le Pape à l'AG des ARB le 18 novembre 2017 est disponible en ligne.

Anne Le Pape, Conférence sur Brasillach et Brigneau, AG des ARB, 18 novembre 2017

 

Publié par ARB - dans ARB CONFÉRENCES
11 décembre 2017 1 11 /12 /décembre /2017 18:09
("Présent", 6 décembre 2017, p.3)

 

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
21 novembre 2017 2 21 /11 /novembre /2017 19:44
("Politique Magazine", novembre 2017)

 

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE
13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 15:19

Assemblée générale de l'Association des Amis de Robert Brasillach

Samedi 18 novembre 2017 à 17 heures

Conférence d'Anne Le Pape
"Robert Brasillach - François Brigneau : Destins croisés"

au restaurant de L'Hôtel de ville (Père Glozu, Genève)

 

Publié par ARB - dans ARB

Présentation

  • : ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche