Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 22:41

Compte rendu, paru dans Télérama (n°2936, 19 avril 2006, p.92), d'une émission passée sur France 5 le dimanche 23 avril 2006 et disponible sur Dailymotion :

Joffrin simple détective : "Fallait-il fusiller l'écrivain Brasillach ?"
Publié par ARB - dans REVUE DE LA TV
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 21:35

Dans un rafraichissant entretien donné à la chaîne en ligne TV-Libertés (minute 12'30), Patrick Jansen explique pourquoi il a publié un article sur Maurice Bardèche dans "la revue autonome de désintoxication culturelle" "Réfléchir & Agir".

 

Publié par ARB - dans REVUE DE LA TV
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 23:52

Alain Decaux, qui vient de disparaître, avait consacré une émission sur Antenne 2 à Robert Brasillach le 10 juin 1987 : "La mort en face".

Voici le descriptif sur le site de l'INA :

"Alain DECAUX consacre cette émission à Robert BRASILLACH en posant la question du bien fondé de son exécution. Après des images de la prison de Fresnes où l'écrivain fut emprisonné, Alain DECAUX retrace les grands moments de sa vie, cherchant dans les deux facettes de sa personnalité, le romancier et le journaliste, ce qui expliquerait sa conduite pendant la guerre. Son enfance se déroule à Perpignan, Sens puis il serend à Paris où il effectue ses études, d'abord à Louis le Grand puis à Normale Supérieure. Avec ses amis Maurice BARDECHE, Thierry MAULNIER il se lance dans le journalisme, devient critique littéraire à l'Action française et publie son premier roman. A cette époque, le début des années trente, Brasillach ne s'intéresse pas encore à la politique mais les manifestations de février 1934 le rapproche de Maurras. Il collabore alors aux journaux "Candide" et "Je suis partout", se rend en Italie où il découvre Mussolini et le facisme mais ne prête pas d'intérêt à ce qui se passe en Allemagne. En 1939, alors qu'il est mobilisé parait son roman "Les septembre couleurs" puis en 1940, alors qu'il est prisonnier, "Notre avant guerre", dont Alain DECAUX compare les conclusions. Libéré en 1941 il retourne à "Je suis partout" dans lequel il défend l'idée de collaboration et approuve les méfaits de l'occuppant. Mais en 1943, prévoyant la défaite Allemande, il démissionne et écrit danss un journal plus modéré. A la libération, refusant de fuir en Allemagne, il se constitue prisonnier. Accusé de connivence avec l'ennemi, il est condamné à mort. De Gaulle refuse sa grâce et il est exécuté au fort de Montrouge le 6 février 1945. Alain DECAUX insiste sur ce dernier épisode de sa vie : le procès, l'intervention de François MAURIAC et d'autres grands écrivains pour obtenir sa grâce, le refus de De Gaulle. L'émission se termine par des images d'un fourgon arrivant au Fort de Montrouge. - Cette biographie est illustrée de nombreux documents d'archives sur la deuxième guerre mondiale, la guerre d'Espagne, le facisme en Italie, les manifestations de février 1934 et de quelques petits reportages."

et le commentaire de Marc Laudelout, du "Bulletin célinien", sur le blog de Pierre Assouline :

Marc Laudelout dit: 28 mars 2016 à 0 h 05 min

Question : l’émission, honnête et objective, qu’il fut sur l’exécution de Robert Brasillach serait-elle encore possible aujourd’hui ? Rien n’est moins sûr…
http://www.ina.fr/video/CPB87005472/brasillach-la-mort-en-face-video.html

Cela n'avait pas été du goût de tout le monde... Cf. https://blogs.mediapart.fr/jean-weil/blog/290212/propos-de-robert-brasillach-en-1987un-petit

Publié par ARB - dans REVUE DE LA TV

Présentation

  • : ARB
  • ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche