Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 18:13

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 12:42

Extrait de l'article "Épuration" du Dictionnaire amoureux du Journalisme de Serge July (Paris, Éditions Plon, janvier 2015, p.259) :

« L'écrivain Robert Brasillach, critique de cinéma, rédacteur en chef de Je suis partout, fasciste et admirateur du Reich, fait figure de symbole. Son exécution est exigée par les communistes et par Sartre - et même par Camus dans un premier temps. De nombreux écrivains derrière Mauriac plaident pour la grâce. De Gaulle la refuse. »

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 15:14

Robert Brasillach est mentionné plusieurs fois dans l'ouvrage de Philippe Gumplowicz Les Résonances de l'ombre. Musique et identités, de Wagner au jazz (Paris, Éditions Fayard, janvier 2012, 322 p.), en particulier pour situer le critique musical André Coeuroy, qui le côtoya à Je suis partout et à La Chronique de Paris.

(cliquer sur les illustrations pour les agrandir)(cliquer sur les illustrations pour les agrandir)

(cliquer sur les illustrations pour les agrandir)

L'auteur évoque, pages 292-294, l'antiaméricanisme de Brasillach, notamment en citant son article « L'amitié du Tartuffe américain est une calamité sans remède » (Je suis partout, 25 avril 1941).

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 18:02

Jacques Doriot et le PPF, par Bernard-Henri Lejeune

Éditeur : Les Bouquins de Synthèse nationale

2012

Edité une première fois en juillet 1977, cet « historisme » fut longtemps le seul livre de référence sur Jacques Doriot et sur le Parti populaire français. L’ensemble des documents qui le compose, rassemblés par Bernard-Henri Lejeune, constitue une véritable mine de renseignements à la fois sur l’homme et sur le parti. La lecture de ces textes, écrits par les intellectuels les plus en vue de l’époque, tels Pierre Drieu La Rochelle, Pierre Dominique, Robert Brasillach, François Mauriac, Bertrand de Jouvenel, Roland Gaucher, Maurice Duverger et bien d’autres, ou retrouvés dans les archives d’anciens responsables du PPF, permettra de se faire une opinion dégagée des poncifs de l’historiquement correct sur cette grande aventure qui marqua l’histoire des mouvements nationalistes français dans les années 30.

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 14:30

Vient de paraître, édité par "Les Bouquins de Synthèse nationale" :

http://lesbouquinsdesynthesenationale.hautetfort.com/media/01/00/659542617.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 12:49

Vient de paraître, chez Auda Isarn, un recueil d'articles de Philippe d'Hugues, parus pour l'essentiel dans La Nation française de Pierre Boutang au début des années 1960, mais pas seulement. Ainsi, en ce qui concerne Robert Brasillach, peut-on y trouver "Brasillach, notre contemporain", "Le cinéma et son histoire" et "Maurice Bardèche et le fascisme", parus dans la NF les 2 mars 1961, 5 mai 1965 et 21 mars 1962, mais aussi, en ce qui concerne un de ses "collègues" de Je suis partout, "Lucien Rebatet alias François Vinneuil", paru dans Les Cahiers de la Cinémathèque en décembre 1991. Au demeurant, les références à Brasillach fourmillent tout du long de l'ouvrage.   

  [cliquer sur l'illustration ci-dessous pour l'agrandir]

http://farm9.staticflickr.com/8515/8579036039_2f7f0db973_b.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 11:48

Photo extraite du livre d'Adriano Scianca Casapound : Une terrible beauté est né ! Les mots de Casapound : 40 concepts pour une révolution.

http://farm9.staticflickr.com/8107/8481905082_a94b052019_b.jpg

(cliquer sur l'illustration pour l'agrandir)

L'appendice 2 de ce livre (page 359, "les noms tutélaires") donne la liste des 88 noms figurant à l'entrée de l'immeuble occupé situé au numéro 8 de la Via Napoleone III, à Rome. Outre Brasillach, deux Français : Saint-Exupéry et Céline.

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 00:38

A déjà été signalé l'attrait exercé par Robert Brasillach sur le mouvement italien de la Casapound, ici et . Il en est question dans la traduction d'un ouvrage italien qui vient de sortir, aux éditions du Rubicon, Casapound : Une terrible beauté est né ! Les mots de Casapound : 40 concepts pour une révolution. L'auteur, Adriano Scianca, s'en est expliqué au micro du "Libre journal des Lycéens", le samedi 9 février 2013 (aux environs de l'heure d'émission) sur Radio Courtoisie

http://img.over-blog.com/353x500/0/18/18/00/Associations-amies/Casapound/casapound.JPG

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 12:54

http://static.fnac-static.com/multimedia/FR/Images_Produits/FR/fnac.com/ZoomPE/0/1/0/9782757404010.jpg

Vient de paraître les actes d'un colloque qui s'est tenu en octobre 2011 à l'université de Paris III : Maurrassisme et littérature. L'Action française. Culture, société, politique (IV), édité par Michel Leymarie, Olivier Dard etJean-Yves Guérin, Presses Universitaires du Septentrion – comprenant notamment la contribution suivante (cliquer sur l'image pour lire le résumé en entier) :

http://farm9.staticflickr.com/8373/8444646320_ba221216e2_b.jpg

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 15:09

A propos de sa lecture d'un poème de Robert Brasillach en janvier 2012, Philippe Cohen et Pierre Péan ont demandé le 24 février 2012 à Jean-Marie Le Pen « s'il n'utilisait pas sa liberté au détriment de sa fille ». Réponse de l'intéressé (Le Pen, une histoire française, Paris, Éditions Robert Laffont, novembre 2012, p.320) : « Je ne me considère pas lié par le fait que Brasillach a été fusillé. Quand le président de la République dit que Céline est son livre de chevet, personne n'y trouve rien à redire. Si ce dernier avait été arrêté en 45, il aurait été flingué. Il ne faut pas confondre la personne et l'oeuvre, la personne et son parcours politique, le parcours politique et le temps où ça s'est passé. Si Brasillach avait été jugé trois ans après, il aurait eu trois ans avec sursis. Je ne me plie pas à la pensée unique, aux ukases, aux interdits. Je parle de tout ce dont j'ai envie. »

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES

Présentation

  • : ARB
  • ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche