Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 13:50


Vient de paraître, aux éditions Lucien Souny, un livre sur Les Grands Procès de la Collaboration, dans lequel Roger Maudhuy consacre à un chapitre à l'auteur des Poèmes de Fresnes : « Robert Brasillach ou pourquoi ne pourrait-on fusiller que les imbéciles ? » (p.81-104).

Bien qu'un effort de documentation ait été accompli, dont attestent quarante notes, et que Roger Maudhuy reconnaisse d'emblée le « talent incontestable » de l'écrivain (p.81), il n'est pas parvenu à se déprendre de toutes sortes de lieux communs, approximations, incohérences, traficotages des textes, litotes partisanes, anachronismes, niaiseries, voire affabulations, donnant ainsi un assez bon résumé des idées reçues sur Brasillach :

- si Roger Maudhuy admet que Brasillach n'était pas vénal, c'est pour le distinguer de Béraud, qui « s'était enrichi durant l'Occupation » (p.86), alors que ce dernier n'eut aucun contact avec les Allemands (sinon par l'intermédiaire de ceux qui pillèrent sa maison) et que son enrichissement fut continu des années vingt aux années quarante, grâce à son double Goncourt, à sa renommée et au grand succès de ses romans, reportages et pamphlets ;

- il insiste sur l'édulcoration des écrits de Brasillach par Bardèche dans les Œuvres complètes alors qu'une phrase qu'il qualifie de « terrible » (p.97) s'y trouve bien ;

- cette fameuse phrase est bien entendu tronquée, comme d'habitude, l'indication d'une coupure ne la rendant guère plus honnête : « se séparer des Juifs en bloc et [...] ne pas garder de petits » ;

- la libération de Brasillach en 1941 par les Allemands est expliquée par la volonté que les Nazis auraient eu de le voir se mettre à leur service, à l'exclusion de toutes autres raisons (or, il y en a !) ;

- il juge les romans de Brasillach d' « une sentimentalité mièvre à pleurer » (p.93) et cite une critique de la Nouvelle Revue française (n°233, 1933) parlant d' « ineffables naïvetés », pour mieux nous asséner un peu plus loin les siennes propres : « Aucun homme n'est entièrement mauvais » (p.98) ;

- « C'est par un ami que Brasillach apprend qu'à Sens on a arrêté sa mère. Elle est en prison, parce qu'elle est la mère d'un collabo. Bardèche et sa femme, la sœur de Brasillach, sont aussi emprisonnés. Ce n'est pas très juste, mais c'est ainsi » (p.98) ; on ne peut dire moins ! (au moins Roger Maudhuy ne nous gratifie-t-il pas de l'admirable « les Miliciens avaient fait pire » de Jean-Jacques Brochier) ;

- autant Roger Maudhuy se montre extrêmement scrupuleux pour déclarer nulle et non avenue toute hypothèse historique ne lui convenant pas, sous prétexte qu'elle ne repose pas sur des preuves certaines (par exemple à propos d'une photo de Brasillach qui aurait figuré dans le dossier d'instruction et qui aurait dissuadé De Gaulle de le gracier ou à propos de la volonté de l'URSS et de ses collabos français de faire payer à Brasillach son reportage sur Katyn), autant il se répand en large et en travers sur l'homosexualité supposée de Brasillach, en la considérant comme certaine (« tout indique que Brasillach est un homosexuel », p.90), alors qu'il admet plus loin qu'aucune preuve ne peut étayer sa reprise de tous les ragots circulant à ce sujet - contradiction dont il ne parvient à se sortir qu'au moyen de la thèse psychanalytique à deux balles du refoulement (« un homosexuel - honteux, refoulé et donc d'autant plus dangereux et mal dans sa peau ») ;

- « [...] il a choisi de se cacher dans Paris. La mort de Bremer continue de le hanter » (p.98) ; sans commentaire...

À tout le moins l'auteur a-t-il la courtoisie de remercier (p.375) « l'Association des Amis de Robert Brasillach, qui [lui] a transmis un fort dossier de coupures de presse dans lequel ils ont eu le fair-play de mettre aussi les articles défavorables à l'écrivain ».

Mais, soit dit en passant, cela va à l'encontre de la « campagne de réhabilitation » que Roger Maudhuy croit déceler « aujourd'hui », sans donner l'amorce du début d'un fait pouvant corroborer cette affirmation. Les ARB existent depuis soixante ans et, dussent-ils demeurer à peu près les seuls à encourager une meilleure connaissance de l'œuvre de Brasillach, ils ne se priveront pas de persévérer !

PMH.
Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES

Présentation

  • : ARB
  • ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche