Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2017 6 07 /10 /octobre /2017 09:37

L'autre blessure, plus douloureuse encore, c'est le refus par de Gaulle de gracier Robert Brasillach. Pendant huit jours, Anouilh-le-secret, Anouilh-le-timide s'en va quémander les signatures de ses confrères. II en obtiendra quelques-unes, mais essuiera aussi bon nombre de refus. De ce porte-à-porte, le jeune homme reviendra vieux. Le 6 février, il se promène rue de la Michodière en compagnie de son ami Pierre Fresnay quand il apprend par le journal l'exécution du normalien «au gros regard étonné derrière de grosses lunettes».

-Il va falloir, dit-il, qu'à notre tour nous dressions nos listes...

-Oh! non, proteste Fresnay, pas nous!

-Les listes de ceux à qui nous ne serrerons plus la main! complète Anouilh.

Cette période lui a inspiré une pièce Pauvre Bitos. Portrait, terrible, d'un épurateur qui se projette en Robespierre l'espace d'un dîner de têtes.

 

("Archives" du Figaro, 2 octobre 2017 : "Mars 1986 : les ultimes confessions de Jean Anouilh au Figaro Magazine")

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 23:38

Dans une récente vidéo en ligne, Vincent Reynouard cite de nouveau, à deux reprises (minutes 16'40 et 19'45)), Maurice Bardèche :

 

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 12:14

 

Publié par ARB
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 18:36

Article de Claudio Siniscalchi dans la Rivista di Politica (1/2017, sommaire). 

Un compte rendu : www.ilgiornale.it/news/spettacoli/brasillach-e-storia-cinema-epurata-1390357.html

 

Publié par ARB - dans REVUE DES REVUES
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 18:30
Du 28 février 2018 au 30 mai 2018

Séminaire de Marc Escola

Université de Lausanne

Les Bérénice. Racine, Corneille, et Brasillach (hélas)

Séminaire avancé, semestre de printemps

Mercredi, 13h15-15, Université de Lausanne Anthropole 5125

Au terme d’une compétition dont les termes n’ont jamais été vraiment éclaircis, la Bérénice de Racine et le Tite et Bérénice de Corneille furent créés à quelques semaines d’intervalle sur deux théâtres parisiens concurrents (1670). Dans un article qui a fait date, G. Forestier a pu montrer que, loin de traiter le même épisode de leur source commune — le récit par l’historien latin Tite-Live du renoncement de l’empereur romain Titus à l’amour d’une reine étrangère, « malgré lui malgré elle » (invitus invitam) —, les deux pièces dramatisent deux « retours » distincts de Bérénice auprès de Titus, si bien qu’on peut envisager les deux drames comme des épisodes successifs d’une manière de saga : Tite et Bérénice commence où s’achève Bérénice.

L’histoire ne devait pas en rester là : il s’est trouvé un troisième dramaturge pour porter à la scène un nouveau retour de la reine de Palestine, et affabuler un dénouement susceptible d’interdire une quatrième saison. Cette « solution finale », on ne la lit pas sans frémir sous la plume de l’écrivain antisémite Robert Brasillach, qui consacra à la « juive » Bérénice quelques-unes de ses nuits de veille lors de la « drôle de guerre » (été 1940) pendant son séjour comme prisonnier de guerre dans un camp allemand .

Peut-on seulement lire cette ultime Bérénice ? Le texte publié en 1944, dans l’une de ces revues parisiennes appelant ouvertement à la « collaboration » avec l’occupant nazi, n’a pu circuler ensuite, à dater de 1954, que dans une version non pas expurgée mais édulcorée au bénéfice de quelques interpolations décidées par le beau-frère de Brasillach : le critique Maurice Bardèche, spécialiste reconnu de Balzac et Stendhal, un temps enseignant à la Sorbonne avant d’être radié de l’enseignement. Et c’est en Suisse que la pièce fut finalement créée, par le Comité des Arènes d’Avenches (1957).

On ne prétendra pas tirer de l’oubli cette troisième Bérénice et on n’entreprendra en aucun cas de réhabiliter l’œuvre du seul écrivain français fusillé à la Libération. On se demandera plutôt quelle doit être la tâche de l’histoire littéraire et quel peut bien être le discours de la poétique lorsqu’on s’attache à pareille variante d’un sujet dramatique, et aux variantes de cette variante.

(source : www.fabula.org/actualites/les-berenice-racine-corneille-et-brasillach-helas-lausanne_80740.php?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter)

 

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 18:27

Reproduction d'un extrait du livre de Bouclier sur le site "Boulevard Voltaire" : www.bvoltaire.fr/republique-amnesique-6-monde-hommage-a-robert-brasillach/

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 18:19

Le célèbre critique littéraire Juan Asensio, alias "Stalker" (site de « Dissection du cadavre de la littérature »), a consacré le 10 juin 2017 une longue note de lecture au Journal d’un homme occupé : www.juanasensio.com/archive/2017/05/22/journal-d-un-homme-occupe-de-robert-brasillach.html

 

A l’occasion de cette lecture, Juan Asensio a publié plusieurs Twitts relatifs à Brasillach :

 

5 avril 2017 : https://twitter.com/JAsensio/status/849701906020696066

 

13 avril 2017 : https://twitter.com/JAsensio/status/852484171507388417

27 avril 2017 : https://twitter.com/JAsensio/status/857844296770342912

2 mai 2017 : https://twitter.com/JAsensio/status/859370543543451648

 

7 mai 2017 : https://twitter.com/JAsensio/status/861341067953803264

 

9 mai 2017 : https://twitter.com/JAsensio/status/861873658960236544

 

17 mai 2017 : https://twitter.com/JAsensio/status/864984178097618946

 

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 14:41

Publication d'une traduction allemande des Cadets de l'Alcazar.

Deux comptes rendus, en allemand :

- "PNews" ;

- "Jungeuropa".

 

Publié par ARB - dans REVUE DES LIVRES
25 août 2017 5 25 /08 /août /2017 10:23

Parmi les "Post-it" postés par Jacques Drillon sur "Les Papiers recollés" (hébergés par l'Obs), on remarque, à la date du 4 août 2017, le suivant :

Les amours d’Alice Sapritch et de Robert Brasillach.

Publié par ARB - dans REVUE DU NET
23 août 2017 3 23 /08 /août /2017 15:53

Dans un entretien sur "La littérature dans tous ses états" publié par le "magazine de la fédération des québecois de souche" (Harfang, vol. 5, n°6, août/septembre 2017, p.23-24), Francis Bergeron, biographe de Maurice Bardèche, évoque Robert Brasillach.

 

Publié par ARB - dans REVUE DE PRESSE

Présentation

  • : ARB
  • ARB
  • : Blog de l'association littéraire des ARB ("Amis de Robert Brasillach")
  • Contact

Recherche